Des viandes Label rouge et du bio à la cantine de Trilport .

Des viandes Label rouge et du bio à la cantine

La ville de Trilport a investi et modifié sa cantine scolaire pour la transformer en self nouvelle génération.

« Il faut, surtout dans les écoles, retrouver le plaisir de déguster » a déclaré Jean-Michel Morer lors de l’inauguration de la nouvelle cantine de l’école Jacques-Prévert.

Le self qui fait grandir

La mairie souhaitait proposer aux enfants des produits locaux et bio, des viandes 100 % Label rouge afin de privilégier la qualité et la traçabilité, des produits de la mer provenant de la pêche responsable, sans oublier une nouvelle gestion des déchets. En effet, Jean-Michel Morer souhaite « faire du déchet alimentaire une ressource ».

Côté mobilier, le self est composé d’équipements mobiles, ergonomiques et ludiques, répartis par îlots.

Contrairement aux cantines classiques où l’enfant remplit en une fois son plateau, au self de Trilport les enfants commencent par prendre un plateau avec l’entrée et le dessert. Ce n’est qu’une fois ce plateau posé à leur place que les enfants vont ensuite chercher le pain et les couverts. La vaisselle a été spécialement choisie pour sa légèreté et sa résistance.

Les enfants peuvent alors prendre le temps de manger l’entrée puisque leur plat chaud les attend au buffet n° 4. Ils iront le chercher ensuite.

« Une table équipée d’une pesée mesurera le poids des déchets organiques qui seront collectés, afin d’être valorisés par lombricompostage. Le résidu viendra enrichir la terre des champs des producteurs locaux qui fournissent les aliments des repas consommés… ainsi la boucle est bouclée » a confié Jean-Michel Morer, soulignant également que la cantine ne sert pas de produits OGM, d’huile de palme, ni de produits ionisés.

31 000 € investis

La Ville s’est attachée à proposer un partenariat avec les producteurs locaux et à mettre l’accent sur le développement durable. Les repas arrivent en barquettes de cellulose recyclables, comme l’a souligné Nicolas Darche, directeur de la restauration Elior.

Les bénéfices pour les enfants seront multiples : qualité et diversité des menus ; développement du goût ; plaisir d’apprendre et de découvrir, et surtout des repas moins bruyants avec un flux continu sans file d’attente.

« Cette nouvelle organisation a un coût par l’acquisition du mobilier et de la vaisselle (respectivement pour 26 000 € et 5 000 €), financée par la commune, le tout sans augmenter le prix du repas pour les familles ! » a conclu Jean-Michel Morer.

Source : http://www.journallamarne.fr

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *