Relance des cantines scolaires en Guinée : le ministre Kourouma hausse le ton et parle de détournement

En visite de travail cette semaine dans la région administrative de Labé, le ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire a présidé les travaux de lancement de la revue périodique de l’enseignement élémentaire et secondaire. C’est lors de cette rencontre que le ministre Ibrahima Kourouma a fustigé la malhonnêteté de certains cadres de son département, a constaté Guinéenews.

Devant les inspecteurs régionaux de l’éducation (IRE), des directeurs préfectoraux de l’éducation (DPE), des chefs sections pédagogiques et de plusieurs cadres de l’éducation en service dans les régions administratives de Labé et de Mamou, le ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire n’a pas hésité à dénoncer des détournements orchestrés, selon lui, par des représentants de son ministère à l’intérieur du pays.

«Je voudrais ici profiter de l’occasion pour remercier nos partenaires techniques et financiers qui continuent de nous appuyer. Mais, aussi je voudrais remercier le gouvernement. Chaque année, des investissements sont faits pour que l’État lui-même intervienne correctement dans la gestion des cantines scolaires. Vous savez par endroits pour développer l’école, certains chefs d’État, certains responsables se sont battus pour qu’il y ait sur tout le pays la cantine scolaire… Mais la gestion des vivres de la cantine scolaire est aussi une préoccupation chez nous. Parce que malheureusement, les quantités de vivres envoyés pour les différentes sous-préfectures et les différentes cantines à l’intérieur, n’arrivent pas » a déploré le ministre Ibrahima Kourouma avant de promettre la mise sur pied immédiate d’un mécanisme de suivi et de contrôle pointu.

Ensuite, le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire a déploré le manque d’organisation des responsables déconcentrés: «tout le monde veut les cantines scolaires hors, ce qu’on a déjà comme éléments, peuvent permettre de multiplier le nombre de cantines scolaires. Parfois, on envoie un stock beaucoup plus important dans une préfecture pour un nombre limité de cantines scolaires. Alors que là où il y a le véritable besoin d’ouverture de cantine scolaire, on n’en a pas. Mais il y a aucune étude qui est faite par les responsables des services déconcentrés. »

Face à cette à ces défaillances, Dr. Ibrahima Kourouma a haussé le ton et menacé: «si vous ne fonctionnez pas de manière à ce que sur l’ensemble de vos préfectures, toutes les écoles où toutes les localités qui présentent un besoin en cantine scolaire… Si vous ne prenez pas les dispositions pour ouvrir ou pour proposer des ouvertures là-bas et faire en sorte que le stock qu’on vous envoie, soit un stock suffisant pour l’année scolaire, parfois on va rester dans un nombre limité de cantines scolaires et d’autres préfectures ne vont pas se développer», a conclu le ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire.

Pour plusieurs observateurs, la relance des cantines scolaires dans les zones reculées est perçue comme un soulagement pour plusieurs élèves qui font parfois des kilomètres avant de rallier leur école.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *