Des produits laitiers bio dans les cantines d’Ile de France

La ferme de la Bergerie nationale (Yvelines) inaugurait, en novembre, deux ateliers de transformation de lait biologique. L’objectif : fournir aux écoles et à la restauration collective des produits laitiers. Le même mois, la région Ile-de-France votait des coupes de subvention pour la filière Bio.

Des produits laitiers bio dans les cantines et des paysans en colère

C’est un fabricant de yaourts et un laboratoire de confection de fromage italien qui se sont installés sur le site de la Bergerie nationale à Rambouillet (Yvelines). Ils fourniront les cantines de la région en produits laitiers bio.

Introduire le bio dans les assiettes des cantines sera rendu obligatoire d’ici 2020. En Ile-de-France, la production laitière biologique n’atteint pas encore le million de litres par année alors que deux millions de litres sont nécessaires pour fournir la restauration collective en produits laitiers. Aujourd’hui, seulement six fermes produisent du lait bio en région francilienne.

Soutenir la filière francilienne

Sous l’effet de la concentration des exploitations, de la monoculture, et de l’urbanisation des terres agricoles, les éleveurs laitiers ont déserté la région. De fait, la collecte laitière en bio est impossible étant donné le trop grand nombre de kilomètres à parcourir pour récolter peu de lait. Conséquence : « Aujourd’hui, la conversion d’un élevage laitier vers l’agriculture biologique en Ile-de-France ne peut se faire qu’en parallèle de la création d’un atelier de transformation”, explique Christian Pierre, président du groupement des agriculteurs bio (GAB) Ile-de-France.

Structurer et développer la filière bio en Ile-de-France est l’objectif du pôle Abiosol, qui réunit le GAB, le réseau des associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap), Terre de liens et le Champs des possibles. Ils étaient présents jeudi 15 décembre devant le conseil régional d’Ile-de-France pour manifester contre la baisse des financements qui leur sont alloués. Une mobilisation qui aura porté ses fruits : la région a finalement annoncé qu’elle maintiendrait le niveau de subvention à hauteur des années précédentes. Une décision qui devra être confirmée fin janvier 2017 lors du vote définitif du budget.

Source : http://www.actu-environnement.com   Romain Pernot

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *