Élimination des déchets des cantines : et si on jetait nos restes aux poules ?

L’agglomération de Saint-Omer (CASO) compte bien mener une expérience en matière d’élimination des déchets dans les écoles : elle invite trois communes à monter un poulailler dans leurs écoles à des fins pédagogiques et environnementales.

Les déchets de la restauration scolaire sur le territoire de la communauté d’agglomération de Saint-Omer (CASO) sont en partie traités grâce à des composteurs mécaniques quand les établissements comptent 250 à 600 couverts journaliers. Mais l’agglomération se verrait bien suivre une préconisation de l’ADEME (agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie) qui recommande la mise en place de poulaillers dans les écoles primaires et maternelles. Mais pour qu’un projet soit réalisable, il doit être partagé par l’école, la mairie et l’agglomération. La CASO propose donc à ses communes adhérentes une expérimentation avec un test sur trois d’entre elles.

Quatre poules minimum par école

«  Le coût d’un poulailler équipé est estimé à 700 € et une poule pondeuse entre 10 et 30 € selon la race choisie  », a expliqué Jean-Pierre Leclercq, vice-président en charge de l’environnement, ajoutant que quatre poules minimum seront nécessaires par école.

Les intérêts « vendus » par la CASO sont multiples : l’aspect pédagogique autour de la vie dans le poulailler, son entretien, la responsabilisation des élèves, la lutte contre le gaspillage alimentaire, etc. ; et l’exemplarité en matière de gestion des déchets pour la mairie. Reste maintenant aux communes et écoles candidates à se faire connaître. Il y a aussi des subventions à picorer au niveau de l’ADEME.

Source : http://www.lavoixdunord.fr

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *