Encore trop peu de produits locaux et bio dans nos cantines

Organisé par la Frab (Fédération régionale des agriculteurs biologiques), un colloque s’est tenu jeudi dernier, à Vannes, sur le thème du « bio et local à la cantine ; ils l’ont fait, pourquoi pas vous ? ». La part du bio dans la restauration collective n’est encore que de 3 % en France, bien loin de l’objectif de 20 % en 2022. Les circuits courts restent l’exception pour s’approvisionner. Au grand dam de Joël Labbé, le sénateur écologiste du Morbihan, qui participait à la table ronde du matin : « En 2030, il faudrait que l’essentiel de l’alimentation consommée sur un territoire soit produite sur ce territoire. Certains disent que c’est une utopie. En fait, c’est une nécessité ». Et Jean-Paul Gabillard, maraîcher bio près de Rennes, d’ajouter : « Il faut aussi que les animaux mangent des aliments produits sur le territoire et non pas importés ». Plusieurs initiatives locales ont été mises en avant, comme le Projet alimentaire territorial du Finistère, qui a été labellisé en 2017. Il vise à favoriser la consommation de produits de qualité par l’ensemble de la population, à commencer par les collégiens, dont Département a la charge. Dans le pays de Vannes, un Défi cuisine a été lancé pour accompagner, pendant un an, quatre restaurants collectifs sur cette voie.

Source: Le Télégramme