Le terme « locavore » a été inventé par Jessica Prentice de San Francisco en 2005 à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, qui a proposé aux résidents locaux d’essayer de manger seulement les aliments cultivés ou produits à l’intérieur d’un rayon de 160 kilomètres.

Le New Oxford American Dictionary a défini un « locavore » comme étant une personne qui recherche des produits alimentaires locaux.

Le mouvement locavore encourage les « consommateurs » à acheter des produits frais et de saison, à acheter sur les marchés ou aux agriculteurs ou paysans locaux (dans les AMAP, les épiceries locavores, les maisons de producteurs, des points de distribution3 ou les cueillettes par exemple), à choisir leurs propres aliments, en faisant valoir la qualité du produit frais, des produits locaux, dont le goût serait meilleur que les produits industriels.

Ce mouvement se veut un acte respectueux de l’environnement par le maintien de la diversité des paysages, des écosystèmes en évitant les monocultures (en effet, il sera par exemple difficile de se fournir en viande, légumes et fruits au milieu de régions à monocultures céréalières). Également, l’expédition alimentaire sur de longues distances exige souvent plus d’énergie fossile sous forme de :

  • produits phytosanitaires ou pesticides accompagnant les modes de culture conventionnelles employant des végétaux « modernes » ayant une fructification à « transportabilité » élevée (fermeté du fruit) ;
  • carburant pour le transport ;
  • plastiques et polystyrènes pour le suremballage ;
  • industrie de production ferroviaire, navale, routière.

Ce mouvement se veut également un acte de stabilité sociale par le maintien harmonieux des populations sur les territoires.

Introduire des produits locaux, c’est super. En profiter pour sensibiliser, c’est encore mieux! Donc on n’hésite pas à communiquer sur chaque nouveau produit local que l’on introduit.

On fait de cette expérience un récit que l’on partage pas à pas, dans les menus distribués aux enfants, ou, pourquoi pas, sur un blog!

Une cantine scolaire de l’Ariège se met au bio

/
Les cantines se mettent au bio. C’est souvent l’initiative…

41% de produits locaux dans les cantines des collèges

/
Le Conseil départemental a décidé il y a un an d'introduire…

Angers « La Mélodie des Mets Locaux », le 22 septembre dans les cantines

/
L’EPARC participe cette année à la manifestation nationale…

Cantines scolaires : pas si facile d'assurer un menu sans OGM

/
Avoir la certitude de servir un repas complet sans trace d'organismes…