Conférence sur les cantines scolaires bio et locales le 23 mars

Dans le cadre des Rendez-vous éco-citoyens du C2D (Conseil de Développement Durable) est organisée le vendredi 23 mars 2018 à 19h, dans l’amphithéâtre du siège de Perpignan Méditerranée Métropole à Perpignan, une conférence intitulée : « Mettre en place une cantine scolaire bio et locale ». Elle sera animée par Edouard CHAULET, maire de Barjac (Gard), qui a mis en service la première cantine de ce type en France et a apporté son témoignage dans le film : « Nos enfants nous accuseront », ainsi que Nicolas MADET, directeur de la cuisine centrale de Bègles (Gironde), qui y propose un double menu, avec ou sans viande, et s’engage également dans un passage au bio et local. Entrée libre et gratuite.

En plein cœur de la 13ème semaine pour les alternatives aux pesticides, du 20 au 30 mars 2018, le thème de la conférence proposée vient faire écho à ces questions particulièrement sensibles sur notre département : quelle agriculture voulons-nous développer sur notre territoire, quelle alimentation souhaitons-nous promouvoir auprès de nos enfants ? Elle s’inscrit dans le programme des événements proposés par le collectif « Alternatives aux pesticides 66 » qui organise la semaine dans le département. A travers les témoignages d’Edouard CHAULET et Nicolas MADET peuvent se dessiner des perspectives pour renforcer une filière bio et une distribution agroalimentaire à travers les circuits courts déjà très présentes sur notre territoire.

A propos du C2D
Le Conseil de Développement Durable (C2D) a été créé par délibération du Conseil de Communauté du 31 mars 2016. Instance de démocratie participative émanant de la communauté urbaine, cet organisme composé d’une centaine de membres issus de la société civile, vise la coopération locale, la participation et l’engagement citoyen.

Répartis en 3 catégories : représentants intercommunaux, référents communaux et consultants experts associés, ses membres sont en particulier associés au Projet de Territoire et à la démarche Agenda 21 Local France. Leur troisième cahier de préconisations citoyennes pour le développement durable est accessible sur www.perpignanmediterraneemetriopole.com. Le C2D est présidé par Henri GOT, ancien Président de l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD), docteur en hydrogéologie et en géologie marine.

Gironde : des barquettes végétales dans les cantines

Le plastique, c’est fini ! En Gironde, six communes au nord de l’agglomération bordelaise vont remplacer les barquettes en plastique par des barquettes végétales et compostables.

Le plastique, ce n’est pas fantastique. En plus de polluer, il serait aussi mauvais pour la santé. Des centaines de substances toxiques entrent en effet dans la composition du plastique comme les bisphénols ou encore les phtalates, classés comme perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire qu’ils ont un effet négatif sur le système hormonal entraînant notamment des problèmes au niveau de l’appareil reproducteur. Jouets, emballages alimentaires, matériel de cuisine… Le plastique se trouve partout. Dans la restauration collective, on le retrouve notamment dans les barquettes. Or, selon plusieurs spécialistes, le chauffage de celles-ci entraînerait la migration de ces substances chimiques dans les aliments.

En Gironde, six communes vont, par mesure de précaution, supprimer les barquettes en plastique. La solution ? Les remplacer par des barquettes fabriquées à 100% en fibre végétale. Le Sivom (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) du Haut-Médoc, qui regroupe les communes de Blanquefort, Bruges, Le Pian-Médoc, Le Taillan-Médoc, Ludon-Médoc et Parempuyre, va doter les cantines des 35 écoles de ces villes de ces barquettes écolo et plus saines d’ici à la fin du mois de juin. « Nous utilisions jusqu’à présent des barquettes en plastique à usage unique, sans phtalate ni bisphénol, et recyclables à 70 %. Mais nous souhaitions aller plus loin, car si le plastique est coupé, il peut toujours y avoir des nanoparticules dangereuses pour les aliments qui se dégagent », a expliqué Béatrice de François, présidente du Sivom et maire de Parempuyre, à 20 Minutes. « C’est une étape supplémentaire que nous franchissons », a-t-elle ajouté. Dans les cantines, 22% de produits bio sont servis. L’huile de palme a été bannie et la lutte contre le gaspillage alimentaire engagée.

 Des barquettes végétales et compostables

La société Ansamble, délégataire du Sivom, a confié à Cellulopack, située à Castelsarrasin (Tarn et Garonne), le développement d’un process d’élaboration de barquettes 100% végétales. La fibre végétale utilisée provient de l’usine International Paper implantée à Saillat, en Haute-Vienne. Après usage, ces barquettes sont compostables. Une fois broyées, elles se transforment en compost en quelques semaines. Cette étape sera effectuée par l’association Les Détritivores, sur le site de Darwin à Bordeaux, et le compost sera proposé aux maraîchers locaux, précise 20 Minutes.

À Bordeaux, le maire Alain Juppé s’est également résolu à supprimer la vaisselle en plastique dans les cantines scolaires de la ville. Plusieurs conseillers municipaux d’opposition et des parents bordelais avaient dénoncé le risque d’une migration de substances chimiques du plastique vers les aliments. Toutefois, des analyses commanditées par la ville n’avaient détecté « aucun impact sur les activités des hormones ».

Marine VAUTRIN

Source : http://actualites.reponse-conso.fr